Tournoi de Parthenay. Combattez !

reportages béhourd

Après 3h de route nous y sommes ! On gare notre fidèle destrier sur la grande place puis nous suivons la musique venue d’un autre âge. 
Ces sons nous guident vers le lieu attendu : la lice où les chevaliers vont se battre !

J’enfile mon pass qui me permet d’entrer sur le terrain de jeu et prépare mon appareil. Les uns frappent, moi je mitraille. 
Sept heures durant, sous un soleil de plomb, mon cou et mes bras cuisent comme jamais (#bronzagepaysan). 
Mais ce n’est rien quand on voit l’état des combattants. Vaillamment, avec plusieurs kilos de métal et de rembourrages sur le dos, ils se jettent les uns sur les autres.

Plusieurs équipes sont en lice : Les bannis de la grenouille, Exactor Mortis behourd, Diex Aïe, Pardus Bellator – Bordeaux Behourd, Béhourd Sport Carcassonne, Martel, Limousin béhourd, Ar Groaz Du, Les Bannerets d’Auvergne, Faucons noirs, Touraine béhourd.
Face à eux un ennemi implacable, venu tout droit du ventre de la Perfide Albion, la White Company.

Plaquages, frappes en pleine tête, coups de hache et beaucoup de sueur, voila la finale en fin de journée qui arrive.

Carcas Sonne affronte la White Company. Ils vont tout donner durant ce match spectaculaire. Les anglais triomphent, Bohumil Masnicak est titré Champion de la Lice. L’équipe de carcassonne n’a pas démérité et donc se place en deuxième position, suivie par l’équipe Martel.

Toutes les équipes nous ont offert du beau sport. Cette journée organisée par l’association Qui Que Le Veuille en partenariat avec la Fédération Française de Béhourd fut excellente bien qu’épuisante.

19h, j’étanche ma soif puis nous repartons sur la route, les poches pleines de photo à trier et traiter. Ces clichés en voici quelques uns dans cet article. Vous en retrouverez aussi dans l’onglet « Reportages » ainsi qu’à l’achat sur jingoo https://www.jingoo.com/client/key/3baf2d/1a86fe97/

Read More →

Tournoi de Parthenay J-5

reportages béhourd

Samedi 3 Août, pour la troisième fois cette saison, je me rend sur un événement béhourd.

Comme vous avez pu le remarquer, je photographie les combattants pendant que ces derniers jouent des coudes, en armure et en sueur, pour gagner la première place.

Ces tournois, en tant que spectateur sont d’une puissance incroyable. La poussière, les gars qui hurlent, le bruit du métal qui cogne, les corps alourdis par leur attirail qui tombent au sol, le public en extase. Si on y ajoute le travail de reportage : courir, sous le soleil de plomb, attraper la bonne image, gérer l’exposition, gérer les gens autour, changer d’objectif, changer de carte mémoire ; et tout cela dans un festif vacarme, on en ressent encore plus d’émotion. L’adrénaline est un puissant moteur.

C’est pour cela qu’il me tarde d’être à cette journée. Trois heures de route ce n’ est rien quand on peut profiter d’un tel spectacle.

J’espère vous y rencontrer, ou alors à une prochaine journée. N’hésitez pas à m’aborder, promis seul mon objectif peut mordre.

Read More →